PROGRAMME 2010

Publié le par memorha

 

MEMORHA  vous signale la Rencontre internationale à Dieulefit des 26 et 27 novembre 2010: La résistance de la société civile à la barbarie, à l’oppression des régimes et partis totalitaires au XXe siècle.

Télécharger le programme: Rencontre-programme officiel Rencontre-programme officiel

 

 

 

 

Séminaire 2010-copie-1

 

La prochaine séance du séminaire itinétrant sur site se déroulera à Lyon le 15 décembre 2010 au CHRD

 

 

Télécharger le programme
MEMORHA Séminaire Itinérant 2010 MEMORHA Séminaire Itinérant 2010


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 COMPARER HISTOIRES ET MÉMOIRES DE LA RÉSISTANCE ET DE LA GUERRE 1939-1945 -  France-Allemagne-Italie - 2008-2010"

 

 

Histoire de la mémoire, fin des témoins, traces dans l’espace public

Le principe général de ce programme, conçu pour se développer jusqu'en 2010, privilégie la mise en perspective des expériences et réflexions de sites historiques et mémoriels en Région Rhône-Alpes avec celles de différents sites européens.

Le travail de MEMORHA s'organise autour de trois axes majeurs de travail:
 

Le premier est relatif au travail de mémoire et d’histoire lui-même.

Plus d’un demi-siècle après la fin de la Seconde Guerre mondiale, on constate que son histoire a été racontée de diverses manières selon les contextes nationaux et que, dans chaque contexte national, les récits eux-mêmes ont connu des évolutions significatives.

Retracer ces évolutions, en montrer les variations et les interdépendances est une préoccupation pour les lieux d’histoire et de mémoires qui, à l'instar de ceux de Berlin, les traitent comme des thèmes d’exposition. Ce sont également aujourd'hui l’objet de colloques et réunions scientifiques, - dont les contributions et contributeurs peuvent être considérés comme autant de reférents pour approcher les termes actuels des débats et des défis contemporains.

 

Le second concerne très précisément la fin des témoins et acteurs directs de l’événement, ce qui fait des événements de cette période un sujet d’histoire plus que de mémoire. Ce phénomène est sensible à l’échelle de l’Europe elle-même, et ses conséquences et implications sont à approcher dans la durée. Elles modifient les processus de transmission de la mémoire, donnent lieu à l’affirmation de figures d’héritiers et à de nouvelles formes de revendications mémorielles, alors même que pour les nouvelles générations, ces événements sont ressentis comme de l’histoire passée dont le sens civique et politique reste à construire au regard des situations et des expériences contemporaines. Les démarches actuelles de médiation et les conceptions pédagogiques mises en œuvre sont ici concernées, qui mériteraient d’être explorées et enquêtées plus avant, notamment par des comparaisons transnationales. 

 

Le troisième a trait aux traces publiques de ces événements aujourd’hui.

Les paysages et propositions muséales et mémorielles concernant cet événement majeur de l’histoire des sociétés européennes semblent s’articuler autour de deux pôles :

- d’une part l’ajustement des propositions à l’état de la connaissance historique quitte à aller à l’encontre de récits mémoriels couramment admis.

- d’autre part en travaillant la présence ordinaire de cette histoire et de cette mémoire dans la ville par des démarches artistiques et/ou interactives pour intéresser de nouveaux publics.

 

 

 

Commenter cet article